F 775 - LE BEARNAIS

Le carge LIDICE à quai à Mers el-Kébir après son arraisonnement par le Béarnais (Photo ECPAD - 1959)




Le cargo LIDICE à quai à Mers el-Kébir, déchargement des caisses saisies. (Photo ECPAD - 1959)


Durant la guerre d'Algérie, le Béarnais a participé à la surveillance du trafic maritime afin d'empêcher le ravitaillement en armes des forces du FNL algérien. Le 7 avril 1959, il arraisonne le cargo tchèque LIDICE qui transportait 4000 caisses d'armes pour un total d'environ 580 tonnes. JP LEBAS était à bord ce jour là et a bien voulu nous faire part de son témoignage de première main. D'autres versions différentes de cet évènement ont été rapportées, le témoignage de JP Lebas a été confirmé par plusieurs autres personnes présentes à bord ce jour là comme Pierre MARTIN de Bégard, actuellement vice-président nationale de l'ANACR et Luc GAULT de Toulon. Merci à lui. 

Comme indiqué en fin de texte, JP Lebas est à la recherche d'autres témoignages d'autres personnes présentes sur la passerelle ce jour là, si vous êtes dans ce cas, vous pouvez prendre contact sur jplebas@laposte.net

Pendant leurs missions de SURMAR les batiments faisaient des patrouilles de quatre à cinq jours,avec escales dans les ports algériens. Ils naviguaient de nuit sur le rail et interrogeaient les navires rencontrés. ( nationalité, destinations etc.....)

DIMANCHE 4 AVRIL 1959 : L'escorteur rapide le BEARNAIS est "cul" à quai dans le port d'ORAN sous "Santa Cruz" (partie réservée aux batiments de la marine Nationale).

Vers 14H00, tout est calme à bord, des permissionnaires sont à terre,le tiers de service machine est demandé à son poste pour " L'allumage". ( ce qui n'était pas prévu à la feuille de service !) et en fin d'aprés-midi le Béarnais quitte ORAN pour une destination inconnue.

En mer notre "Pacha" le Capitaine de Corvette COEFFIN nous informe que nous devons intercepter un cargo tchécoslovaque parti de GDYNIA en Pologne et à destination de HAIPHONG au Viet-Nam, et qui débarquerait des armes au Maroc.

Aprés avoir passé le détroit de Gibraltar, nous remontons à faible allure sur le passage des cargos venant du nord de l'Europe, accompagné par un avion Neptune de l'Aéro Navale. Nous étions le seul batiment sur zone.

MERCREDI 7 AVRIL 1959 à 7H15 : Je me trouvais au poste N°5 et devais prendre le quart à la machine à 8H00. Diffusion générale, appel du personnel de la tourelle N°3 au poste de combat et interdiction de circuler sur la plage arrière (où se trouvait l'affût double de 57mm n°3) .

Le cargo reperé ayant refusé de stopper aux premières sommations, le Béarnais est monté en puissance et a tiré une rafale de 57m/m sur l'avant du LIDICE qui s'est tout de suite immobilisé. Nous sommes montés sur le pont et aperçu sur babord le fameux cargo gris !!! L'équipe de prise commandée par l'E.V. BOSC et composée du S/M fusilier JAN, du Q/M détecteur Théo MIKA et de mécaniciens dont j'ai oublié les noms, a pris possesssion du cargo et nous l'avons escorté vers MERS EL KEBIR pour y être déchargé. Il faut bien noter que le cargo Tchécoslovaque LIDICE a  bien été arraisonné au large de Casablanca (Maroc) par l'escorteur rapide LE BEARNAIS le 7Avril 1959 à 7H30. (car d'autres auteurs parlent du Basque, de la Gazelle, du Goumier etc......) 

La prise :

Qatre mille caisses pesant au total 581 tonnes

Dix millions de cartouches pour fusils, douze mille fusils, deux mille mitrailleuses MG42,

dix neuf caisses de pièces de rechange, des camions tchèques et du matériel sanitaire.

Valeur totale estimée entre six et huit milliards de Francs.

C'est pourquoi nous serions très interessés de pouvoir retrouver des personnes de quart à la passerelle du Béarnais ce fameux matin du 7Avril 1959.

 

"Retour à la description "