Les escorteurs rapides tels qu'ils sont vus par Philippe Brobeck, peintre et ancien marin.


Philippe peint des bateaux comme d'autres se confectionnent une tartine de confiture, c'est à dire avec facilité et gourmandise.
Il a crée spécialement pour le site une série de 18 aquarelles orginales de 37 cm sur 27 cm, une pour chacun des escorteurs. C'est cette série que je vous invite à découvrir ici.
Mais avant, qui mieux que l'artiste lui même, peut expliquer les "pourquoi" d'une oeuvre ? Je lui laisse donc très volontiers la parole.

" les escorteurs rapides n'existent plus, ils ont marqué la vie de nombreux marins  qui les ont habités durant 2 ou 3 decennies. Je fus l'un d'entre eux et l'ER Le Provençal a été mon dernier embarquement comme mécanicien de chaufferie dans la marine. " Seuls les bateaux comptent ", disait un personnage du film le "crabe tambour " et finalement peut être autant que les hommes qui les font. Aussi j'ai souhaité par la réalisation de cette série d'aquarelles des 18 batiments 30 ans plus tard, raffraîchir l'état d'esprit des marins que nous ne cessons jamais d'être, mais aussi stimuler par l'image peinte le caractère intemporel et vivant de ces coques que nos mémoires entretiennent comme des légendes personnelles au sein de cette valeur unique que sont nos équipages sur ces bateaux. "

Je souhaite remercier ici mon ami et compagnon de bord sur le Provençal, Jean Yves Mages qui passionné par ces bateaux que sont les escorteurs rapides entretient par son site le patrimoine et la mémoire vivante de nos marines".

Philippe Brobeck

artiste peintre de tableaux marins.

<>


D'ailleurs, le voici posant pour la postérité tout à fait à l'avant du Provencal dans les années 72/73. (photo Philippe Brobeck).


Philippe anime également le site Le Bar des choufs , (le site des anciens marins qui ne se prennent pas la tête) par ses dessins humoristiques, il y dessine comme d'autre respirent.



J'ai essayé de collectionner, comme un trésor d'enfant, un maximum de photos sur les escorteurs rapides et ce avec la même motivation que Philippe, mais lui seul a pu par ses aquarelles donner en plus ce petit supplément d'âme que d'autres appellent tout simplement poésie, maintenant à vous de juger, bonne visite.







F761 - A tout seigneur, tout honneur, l'escorteur rapide Le CORSE, le premier de la série. C'est le premier navire de guerre d'une certaine importance à avoir été lancé après la 2 ème guerre mondiale. J'y ai fait une de mes première sortie en mer en 1972. (Aquarelle Philippe Brobeck - février 2005).






F762 - A suivre, l'escorteur rapide Le BRESTOIS. Il est représenté ici dans sa deuxième version après l'installation tout à l'arrière de la tourelle de 100 mm. (Aquarelle Philippe Brobeck - février 2005).




F763 - L'escorteur rapide Le BOULONNAIS avec l'anneau de cheminée de chef de division et l'ancienne antenne radar en "grille pain". (Aquarelle Philippe Brobeck - février 2005).






F764 - L'escorteur rapide Le BORDELAIS. C'est le 4ème et dernier exemplaire de la série des E50, vont venir maintenant les escorteurs du type E52. (Aquarelle Philippe Brobeck - février 2005).





F765 - L'escorteur rapide Le NORMAND. Il a inauguré la série des E52. Les tubes lances torpilles sont venu se réfugier au pied de la cheminée, leur place à été prise par le lance roquette de 375 mm. (Aquarelle Philippe Brobeck - février 2005).






F766 - L'escorteur rapide Le PICARD en compagnie d'un congénère à l'arrière plan. (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).





F767 - L'escorteur rapide Le GASCON se bat contre la houle atlantique, il en faut plus que ça pour mettre à la cape. (Aquarelle Philippe Brobeck - février 2005).






F768 - L'escorteur rapide Le LORRAIN. Il s'apprête à entrer dans un port, l'échelle de corde est à poste pour attendre le pilote (peut-être !). (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).





F769 - L'escorteur rapide Le BOURGUIGNON. Le bateau est tranquillement au mouillage,  on l'imagine aux Maldives ou dans une autre île de l'Océan Indien, délices d'escales. (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).




F770 - L'escorteur rapide Le CHAMPENOIS.  Ici nous sommes loin des langueurs tropicales, il navigue parmi les paysages variés et tranquilles de la vallée de la Seine. (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).




F771 - L'escorteur rapide Le SAVOYARD.  Le nez dans la plume, ou l'éternelle poésir de l'aquarelle. (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).




F772 - L'escorteur rapide Le BRETON.  Il fait le beau sous son grand pavoi, il faut dire que cela lui va bien. (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).





F773 - L'escorteur rapide Le BASQUE.  Il avance fièrement, où va-t-il ? Je ne sais, le basque n'est pas d'un naturel causant. (Aquarelle Philippe Brobeck -  février 2005).





F774 - L'escorteur rapide L'AGENAIS.  L'Agenais dans sa belle livrée bleu, tel qu'il restra dans nos mémoires. (Aquarelle Philippe Brobeck -  mars 2005).




F775 - L'escorteur rapide LE BEARNAIS.  Le Béarnais navigue nonchalament, un voilier croise son sillage, la vie à bord était aussi faite de ses moments là. (Aquarelle Philippe Brobeck -  mars 2005).





F776 - L'escorteur rapide L'ALSACIEN.  L'Alsacien affrontant vaillament la lame. Le premier de la série E52b, il perd un peu ce qui rattache les escorteurs rapides aux bateaux de la 2ème guerre mondiale, mais il annonce la très belle série des avisos-escorteurs. (Aquarelle Philippe Brobeck -  mars 2005).






F777 - L'escorteur rapide LE PROVENCAL.  Le "triple 7".  Celui par qui, comme pour Philippe Brobeck, ma vie à la mer c'est terminée, mais celui par qui ma passion pour les "rapides" et les beaux bateaux en général a commencé. Qu'il navigue éternellement. (Aquarelle Philippe Brobeck -  mars 2005).






F778 - L'escorteur rapide LE VENDEEN.  Le Vendéen termine la série des escorteurs rapides. Il n'est peut-être pas celui qui a été le plus photographié, mais je trouve que Philippe lui a donné ici une nouvelle vie en le représentant l'étrave conquérente comme au temps de sa jeunesse.  (Aquarelle Philippe Brobeck -  mars 2005).

---

Voilà, la visite est terminée, j'espère qu'elle vous a plu autant que j'ai eu du plaisir à la mettre en ligne. Je tiens encore une fois à remercier Philippe Brobeck pour l'idée de cette "exposition" et surtout pour le concours qu'il apporte tous les jours à la préservation de notre mémoire collective. Tant qu'au moins une personne se souviendra de ces bateaux, ainsi que de tous les autres, alors ils n'auront pas complètement disparus. Merci encore.




"Retour vers l'accueil "