Type E52b - Description détaillée des amménagements.


Après avoir arpenté les coursives des types E50 et E52, cette page va décrire de manière détaillée l'intérieur du type E52b (Alsacien, Provencal et Vendéen) en se basant sur les plans mis en ligne sur le site du Service historique de la défense à Chatellerault. 

Le type E52B est le dernier et celui qui a regroupé le moins d'unités. La visite va, comme c'est de coutume, commencer par les fonds. Contrairement au type e50, il y aura peu de modifications pour ce type par rapport au plan d'origine. Les plans datent du 10 janvier 1961 et paraphés par les ingénieurs du génie maritime, Pascal, Picard et Castellan.

Soutes et coquerons à la flottaison.






En commençant par la partie la plus basse du bateau et par l'arrière, on trouve juste au-dessus des hélices une soute à vivre et une soute à chiffons. Ensuite un coqueron officiers, puis la soute n°2 pour munitions de 57mm. Dans la tranche suivante se trouve le local des pompes arrières, une soute à roquettes éclairantes à tribord et à babord le pc de 57mm et le groupe de pointage de 57mm. Puis deux soutes à mazout qui encadrent la soute du maître torpilleur et un local de stockage des douilles du mortier de 305mm. Pour suivre, la soute à munitions du mortier de 305mm entourée à babord et tribord de soute à mazout et gazoil, puis "l'usine" d'énergie du mortier de 305mm. Entre ces soutes et la soute à munitions, les deux arbres d'hélices. 

Viennent ensuite, le local machine, avec les turbines HP et BP, ainsi que les réducteurs, dans le local suivant se trouvent les deux chaudières. De l'autre côté des locaux machines vers l'avant, se trouvent à babord des soutes à matériels divers, puis la soute à munition pour armes portatives, vient ensuite le local sonar, une soute de munitions de 57mm, le coqueron du commandant et le local d'écoute panoramique, le coqueron des officiers-mariniers, le puit aux chaînes, l'annexe du magasin général et pour finir le local des bruiteurs. Au dessus de ces locaux, en partant des soutes à mazout et vers l'avant, le local convertisseur avant, au centre la cambuse et à tribord la câle à vin. Dans la tranche suivante, à tribord les soutes de sécurité et radio, à babord une soute à vivre et la soute du maître cannonier. 

Plus sur l'avant une soute à couverture et la soute du maître détecteur. Ensuite un local des pompes de noyage à babord et le local sonar à tribord, encore indiqué sur le plan "ASDIC". Suivent la soute "électricité artillerie" et la soute à munition de 57mm de l'affût avant, à tribord la soute du maître fusilier. Le local frigorifique et à boucherie, une soute à vivre et une chambre froide. Tout à fait à l'avant se trouve le magasin général, et le peak avant libre de tout stockage. 

En dessous de ces locaux, des soutes radio et cannonier, une soute à munitions portatives, le fond des locaux pompes de noyage, sonar, les soutes électricité et maître fusilier, la soute de munitions de 57mm, les coquerons et d'écoute panoramique, et pour finir par le puit aux chaînes ,l'annexe du magasin général et  le local des bruiteurs.

Pont des logements.




Le pont des logements commence à partir de l'arrière par le local à gouverner entouré par les soutes des maîtres de manoeuvre et timoniers, dans ce local on pouvait utiliser deux "vélos" qui permettaient de faire fonctionner le gouvernail en cas de problème d'énergie, l'usage de ces vélos demandaient de fameux mollets. 

Ensuite à babord la soute du maître mécanicien et électricien, puis à tribord la soute à tentes. Dans la tranche suivante le poste d'équipage n°5 pour 30 hommes avec en son centre la noria de l'affût de 57mm arrière. Contrairement aux types 50 et 52, les e52b ont été dès la construction configurés avec des couchettes à la place des hamacs. A babord le poste d'équipage n°4 pour 39 hommes juste après les bureaux militaire et administratif. 

Ensuite 2 chambres d'officiers et la chambre de l'officier en second à babord, à tribord un poste des seconds-maîtres et un poste des maîtres. Commence ensuite la série des locaux de propulsion et d'énergie, d'abord le local des turbines, suivit par le local des deux chaudières qui reposent sur la quille du bateau. On trouve ensuite le local des goupes électrogènes avec 2 moteurs diesels (de marque Renault) chargés de fournir l'électricité du bord. Viennent ensuite à babord le local du gyroscope (repères et compas) puis à tribord le magasin de la machine. 

Puis à nouveau des locaux de vie avec à tribord un petit poste d'équipage pour 12 hommes, le reste de la tranche est occupé par le refectoire de l'équipage, haut lieu de la vie sociale du bord, au moins pour l'équipage, cette cafétaria avec une rampe remplaçait dès la construction la "corvée de gamelle". Suivent ensuite trois postes d'équipage respectivement pour 39, 28 et 12 hommes d'équipage. L'avant se termine par le local du matériel de manoeuvre.

Pont principal




Le pont principal commence par la plage arrière, lieu par excellence des discussions d'après repas, des appels et des cérémonies officielles. On y trouve un treuil électrique et l'affût double de 57mm arrière. Sur le plan ci-dessus on remarque les apparaux de dragage qui seront enlevés quelques années plus tard. 

Ensuite, le roof arrière qui supporte le mortier ASM de 305mm. Sous ce roof, des lavabos et poulaines équipage, puis des locaux liés au mortier de 305mm et aux tubes lance-torpilles arrière, au-dessus se trouve le monte-charge des obus de 305mm du mortier et le télépointeur de l'artillerie de 57mm. A tribord, trône la baleinière, objet indispensable des mouillages en rade foraine, avec en souvenir les acrobaties pour accéder à l'embarcation via le tangon. 

Suivent les locaux machine et CRS. A ce même niveau à tribord et babord on trouve les 4 séries de tubes lance-torpilles triples, sur le type e52b, il n'y a pas de "valises" pour des torpilles de réserve comme pour le type e52 et encore moins de soute à torpilles comme sur les e50. Le bateau n'embarquait que celles déjà dans les tubes soit un total de 12 torpilles. 

Ensuite, on trouve le roof de la cheminée avec la souillarde, la boulangerie, la cuisine, la buanderie et pour finir le local de chauffage central. Une coursive centrale sépare ces locaux. De chaque côté de la cheminée, sont installé les deux canons de 20mm, ainsi qu'un petit parc d'artillerie de 20mm, cette artillerie de proximité était armée par le personnel d'intendance, cuisinier, maître d'hotel, il faut savoir tout faire dans la marine. 

Sous le bloc passerelle, à babord des poulaines équipage et un local ventilation, à tribord le carré officiers et une chambre pour 2 officiers. Ensuite, à tribord une autre chambre d'officiers et la salle à manger des maîtres, en face à babord l'infirmerie et la salle de visite. Puis une chambre de maîtres à babord et la salle à manger des seconds-maîtres à tribord. Suivent le minuscule bureau du service intérieur, la coopérative du bord et les lavabos équipage à babord en face un poste de seconds-maîtres. La coursive centrale court jusqu'à la plage avant en contournant la noria de distribution de l'affût de 57mm avant, une porte donne accés à la plage avant.

Au-dessus du pont principal





A partir de l'arrière, on trouve le roof du mortier de 305mm avec son monte-charge. Avant celui-ci il y a à babord et tribord des armoires où sont stockées des roquettes éclairantes lancées par le mortier quadruple. Devant le monte-charges, se situe le local du radar pour le télépointeur de 57mm. Suit le mât arrière avec diverses antennes radio, au pied du mât, la passerelle de secours avec compas magnétique et compas gyroscopique afin de pouvoir continuer à manoeuvrer le bateau si la passerelle principale est hors service. 

On atteint ensuite le roof sur lequel est installée la belle cheminée profilée de ce type d'escorteur. Juste avant la cheminée, se trouvaient les 2 canons de 20mm de la défense rapprochée avec leurs parc à munitions. On trouvait à tribord, un banc sur lequel on pouvait se détendre, bien à l'abri de la masse rassurante de la cheminée. 

En continuant vers l'avant, le bloc passerelle, puis le roof de l'affût de 57mm avant avec l'affût même entouré de bancs de repos et stockées contre les chandeliers, les éléments des manches à mazout. Le bloc passerelle est occupé d'abord par le pc radio à babord avec de l'autre côté de la coursive le local de radar avant avec son local du chiffre, ensuite une chambre pour 2 officiers à babord puis l'office et le carré du commandant en face une chambre pour un officier et tout à l'avant la chambre du commandant à babord et une autre chambre d'officier à tribord. 

Juste au dessus ce trouve d'abord le pc ASM à tribord et le local télétype à babord, ensuite le central opération et le pc trans. En montant quelques marches on arrive dans l'abri de navigation avec chambre à cartes et local barre et transmissions d'ordres machine. A partir de cet abri quelques marches de plus permettent de monter à la passerelle supérieure ou découverte, lieu par excellence de la veille optique sur laquelle se trouvent un poste optique et un autre de désignation d'objectifs. 

C'est ici que ce termine notre visite du bord, vous avez pu vous "promener" à l'intérieur des 3 types d'escorteurs rapides. 

Mais je vous conseille quand même de visiter le site internet du SHD à Chatellerault et d'y consulter les plans d'origine, c'est une vrai mine d'informations, et je trouve qu'il peut y avoir parfois autant d'émotions dans un beau plan que dans beaucoup de poèmes.

(retour à la description générale)