SOUVENIRS DU BOULONNAIS

- Le Boulonnais par Jacques DIVERREZ en 1962/1963

- Le Boulonnais de diverses sources

- Le Boulonnais en Belgique 1955

- La croisière d'été du Boulonnais en 1963







Nous sommes en 1962, Jacques DIVERREZ embarque sur le Boulonnais. Il y a fait son service militaire. Merci pour ces photos d'autant plus que la vie du bateau a été assez courte et les souvenirs qui s'y rattachent assez peu nombreux (mise en ligne : 05/03/2011)



1962. Le Boulonnais est à quai dans le port de Mers el-Kebir en Algérie alors française mais plus pour longtemps. Voici trois escorteurs rapides dont on peut remarquer les détails de la plage arrière. (photo Jacques DIVERREZ - 1962)



1962. Une petite fête est organisée dans le poste des mécaniciens. Les tenues sont légères, nous sommes sans doute à Toulon ou Mers El-kébir. (photo Jacques DIVERREZ - 1962)



1962. Une autre vue de la fête des mécaniciens. A l'arrière plan, un col bleu est en train de sécher. Mais derrière le matelot qui tient la louche, il y a ce qui me semble être la protection d'un hublot, Je pensais que les escorteurs rapides n'avaient pas de hublots dans la coque. Erreur grave ! Un courriel rectificateur et tout à fait juste m'a remis dans le droit chemin. En effet en regardant plus attentivement les plans, on peut voir 2 hublots à tribord et 3 à babord. Ceux de babord se situaient au niveau de la chambre de l'officier en second, du chef machine et d'une chambre pour 3 officiers. Les 2 de tribord étaient pour le poste des maîtres arrière et des seconds-maîtres arrière. Les escorteurs du type E52 et E52B ont perdu ces hublots. Sur les plans du Corse, ces hublots sont bien indiqués pour "poste de maître" et "poste de seconds-maîtres", peut-être que sur le Boulonnais, l'affectation des locaux a changé.  (photo Jacques DIVERREZ - 1962)




1962. Le Boulonnais fait escale à Funchal, capitale de l'île portugaise de Madère. La bande de copains en profite pour aller à la piscine et prendre quelques photos. Jacques Diverrez est au deuxième rang avec la pipe. (photo Jacques DIVERREZ - 1962)


1962. Autre vue d'une sortie. Jacques est le premier à gauche. (photo Jacques DIVERREZ - 1962)



1963. Le Boulonnais fait escale à Edimbourg en Ecosse. J'ai déjà mis en ligne cette photo envoyée par André Crosnier mais comme je l'aime bien je la met à nouveau. (photo Jacques DIVERREZ - 1963)


1962. Le Boulonnais est au sec dans une forme de radoub. Jacques et un copain se font photographier sur un affût double de 57mm. Merci 0 jacques pour ces souvenirs. (photo Jacques DIVERREZ - 1962)



"haut de page"


Le Boulonnais par différents auteurs et à différentes époques, mais il reste toujours le même, bonne lecture, merci à Daniel Bonnerue et à JC Bonnet. (mise en ligne : 29/05/2010)


Le Boulonnais en fond de Penfeld à Brest. Quelle est la date de la photo ? Au fond, sous la grue, on aperçoit un croiseur, il s'agit de la Jeanne d'Arc, 2ème du nom. Au second plan, on peut aperçevoir un escorteur d'escadre en train d'être transformé "tartar", comme le Boulonnais a été mis en réserve en 1964, on peut estimer que le photo date de 1961 à 1963. (photo carte postale "Yvon" - 19??)



Une autre carte postale prise à Brest, sans doute au début des années 1960. Derrière le Boulonnais, un autre E50. A gauche de la photo, la plage avant de l'aviso Amyot D'Inville lancé en 1941. Cet aviso a été désarmé en 1965. . (photo cartes postales "IRIS" - 1955)



Aux habitués de ce site, je ne présenterai pas Daniel Bonnerue, je lui doit tellement de témoignages, encouragements et dessins animés que je veux encore lui dire merci et mettre en ligne ses souvenirs comme ici avec la mascotte du bord, le chien Kiki. (photo Daniel Bonnerue - 1958)


Nous sommes dans la machine du Boulonnais, voici la turbo-pompe de circulation. (photo Daniel Bonnerue - 1958)


Une autre photo d'époque. Voici la butée de l'arbre d'hélice au milieu de la photo. Cet arbre pouvait tourner à plusieurs centaines de tours par minutes, je vous laisse imaginer l'attention dont ce type de pièce pouvait être l'objet. (photo Daniel Bonnerue - 1958)



Toujours grâce à Daniel, voici l'électro-pompe pour l'huile machine. Les initiés (dont je ne suis pas) en saisiront la quintessence. Pour ma part, j'aime bien ces photos noir et blanc de cet univers très spécial que pouvait être les machines à vapeur. (photo Daniel Bonnerue - 1958)


En aout 1959, le Boulonnais fait escale à Amsterdam. Le voici manoeuvrant dans le port néerlandais. (photo JC BONNET - 1959)

"haut de page"




Avril 1968. Le Boulonnais et le Corse en réserve sous le pont de l'Harteloire dans la Penfeld dans la zone des bassins du Salou. Beaucoup de choses sur cette photo. En haut la zone des bassins avec le n° 7, ensuite plus près le bassin n°6 avec un dragueur côtier du type "Europe occidentale" construit en France dont la tête de série était le Sirius. Au milieu de la photo, un petit dock flottant avec un remorqueur de rade qui ressemble à un 250 cv du type "Ara, Ibis, Merle", à droite de ce remorqueur, les étraves des goêlettes Etoile et Belle poule. Entre le Boulonnais et le quai, sans doute aussi en réserve un transport côtier, une citerne à eau en réserve le A751 Oasis. En regardant le Boulonnais on a une bonne idée des précautions prises lors de ces mises en réserve. (photo P.V - 1968)




1969. Le Boulonnais et le Corse en réserve sous le pont de l'Harteloire à Brest dans la zone des bassins du Salou. Le Corse reprndra du service mais pas le Boulonnais. A droite de la photo, dans le bassin n°4, on peut voir le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc. (photo P.V - 1969)



Une photo envoyée par Daniel Bonnerue. Le Boulonnais en 1955. Il a été admis au service actif en mai 1955, sur cette photo, le lance-roquette devant le télépointeur de 57mm, n'est pas encore installé. (photo (?)- 1955)


"haut de page"


Quand le Boulonnais se prend pour une péniche en 1955.

En mai 1955, le Boulonnais remontait le canal de Bruxelles à la mer (du nord) pour venir s'accoster au port de Bruxelles. William NEUQUELMAN était alors matelot élèctricien à bord, il nous fait parvenir avec l'aide de Daniel Bonnerue quelques clichés d'époque. William est resté à bord de mars 1955 à avril 1957. Merci à tous les deux.


Comme l'indique cette dépêche de l'agence de presse BELGA, des fêtes sont organisées pour le 400ème anniversaire du canal qui relie Bruxelles à la mer, et pour la mise en service du tout nouveau pont de Buda à l'entrèe du port de Bruxelles, le Boulonnais en était. (photo William Neuquelman - 1955)




Voici le pont de Buda en 1955 lors de son inauguration, il marque l'entrée du port de Bruxelles. Le tirant d'air du pont est quand même de 33 mètres. Ce pont est toujours en fonction et rend encore de grands services. Lors des fêtes de 1955, les marines belges, britanniques, danoises, néerlandaises, américaines ont envoyé des représentants, pour la France c'était le Boulonnais, à l'époque tout juste sorti des chantiers. (photo William Neuquelman - 1955)







Une autre vue d'époque du pont et du canal avec au premier plan un escorteur-dragueur océanique britanique de la classe Algerine, un autre bateau passe sous le pont et donne une bonne idée de la hauteur de celui-ci. (photo DR).









Une belle vue du Boulonnais dans le canal de Willebroeck ou Vilvoorde en mai 1955. Sa ligne est moderne pour l'époque et marquait le renouveau de la marine nationale, nous ne sommes que 10 ans après la fin de la guerre. Le côté guerrier du bateau tranche avec la douceur du paysage, typique de ce que l'on peut voir dans la partie flamande de la Belgique. Juste sur l'avant du Boulonnais remarquez un petit remorqueur escortant le bateau, il nous rappelle que la navigation en canaux pour un bateau de cette taille demande quand même pas mal d'attention. Merci à William NEUQUELMAN et Daniel BONNERUE pour ces clichés. (photo William NEUQUELMAN - 1955).


"haut de page"







La croisière d'été du Boulonnais en 1963.




Durant l'été 1963, le Boulonnais effectue avec l'Ecole Navale, sa croisière d'été dans les pays du nord de l'Europe. Cela l'ammène à visiter Edimbourg, Lubeck, Amsterdam et Bruges. Nous devons cette série de photos à Jean-Louis GUERIN qui s'est plongé dans ses souvenirs pour notre plaisir. Sur cette photo, la mer du Nord est belle et calme, ce qui n'est pas toujours le cas, même en été. Au premier plan, ce que j'avais pris pour une mitrailleuse, est en réalité un canon de salut d'un calibre de 37mm, seuls du bruit et de la fumée en sortait. Merci à l'internaute vigilant qui m'a mis sur la bonne voie (il se reconnaitra). (photo Jean-Louis Guerin - 1963)




Jean-Louis prennant la pose sur le roof central, les paysages du fond semblent situer la photo en Ecosse, sans doute lors de l'escale d'Edimbourg. (photo Jean-Louis Guérin - 1963)

r

Le Boulonnais vient de passer sous le célèbre pont du canal de Kiel qui relie cette ville à la mer. Cet endroit a souvent été photographié. De nombreux bateaux de la marine allemande, célèbres ou non ont été immortalisés ici. Le Boulonnais va ou vient de faire escale à Kiel, à côté de Lubeck. (photo Jean-Louis Guerin - 1963)


La traditionnelle photo d'escale, où on s'aperçoit qu'au fond tous les marins se ressemblent, tous les matelots et quartiers-maîtres ont le même air jeune et curieux de la vie. Sur cette photo, Jean-Louis est le deuxième en partant de la droite, à sa gauche se trouve le matelot HEINER. Du quartier-maître fourrier à gauche, Jean-Louis ne se souvient que du surnom "Bélouga", si il se reconnait ??? L'accueil à Kiel a été très cordial. Ces marins allemands qui parlaient un excellent français, appartenaient à l'aviso-dragueur "HUMMEL" que le voit à l'arrière -plan. Ces bateaux faisaient partie d'une série de bateaux lancée entre 1938 et 1940 en Allemagne, les 5 rescapés de la guerre ont été incorporés à la marine française entre 1946 et 1956, puis transférés à la marine allemande au début de 1957. Le HUMMEL s'appelait "LAFFAUX" dans la marine française, matricule M 81. Il jaugeait 600 tw, était armé d'un 105 mm et de 8 20mm, sa vitesse était de 18.5 noeuds et son équipage de 4 officiers et 96 hommes d'équipage en temps de guerre. (photo Jean-Louis Guérin - 1963)



Pique-nique entre copains le long du canal d'Ypres lors de l'escale de Bruges en Belgique. Nos matelots étaient en train de visiter les champs de batailles de la 1ère guerre, cette région de Belgique a particulièrement souffert des combats. La bouteille à la main, c'est Jean-Louis, à sa droite  le boulanger du bord DONNARD originaire d'Audierne, devant lui le coiffeur du bord Paul LOREE et le maître d'hôtel DESMEDT. Les autres ne sont pas connus, il faut dire que tout cela se passait il y a 42 ans !! (photo Jean-Louis Guérin - 1963)




Photo plage arrière, Jeau-louis est au-dessus, il lui semble se souvenir que le matelot de droite, ancien "mousse" s'appelait NIHOURAN, appel aux mémoires. (photo Jean-Louis Guérin - 1963)



Une autre photo plage arrière, à l'époque le Boulonnais n'avait qu'une dizaine d'années, il avait encore fière allure. (photo Jean-Louis Guérin - 1963)




Le Boulonnais en transit. Je trouve cette photo très "vraie", on y voit un officier-marinier, mais ça aurait pu être n'importe quel matelot ou quartier-maître qui, les mains dans les poches, "regarde" la mer. C'est pour moi un des grands souvenirs de la vie du bord, ces moments où on s'assayait plage arrière ou ailleurs, à regarder la mer perdu dans ses pensées, il pouvait y avoir un copain assis juste à côté, mais chacun respectait le silence de l'autre, son vagabondage intérieur, ces sensations n'étaient pas verbalisées, mais pourtant comprises par tous et respectées, c'est pour moi la chose la plus importante que j'ai apprise à bord, le respect de l'autre, jusque dans ses silences même si on ne les comprends pas toujours très bien. (photo Jean-Louis Guérin - 1963)

"haut de page"


Plaquette émise lors du lancement du Boulonnais







Lors de son lancement, le 12 mai 1953, Les Ateliers et Chantiers de la Loire de Nantes ont édité une plaquette distribuée à ceux qui étaient conviés à la cérémonie.


























La dernière page de la plaquette, mélange de technique et d'émotion,n'oublions pas que nous sommes en 1953, la marine nationale renaît de ses cendres, 8 ans après la fin de la 2ème guerre mondiale.
























Le peintre de la Marine, Marin Marie a oeuvré à la plaquette en dessinant cette vue du Boulonnais. Marin Marie a ici reproduit le Boulonnais tel que les premiers plans représentaient les escorteurs rapides au début des années 1950.  Des modifications seront apportées, mise sous masques des affûts de 57mm, suppression des protection d'hélices, modification du haut de la cheminée.

Représentation d'un escorteur rapide tel qu'il est dessiné dans le "Flottes de combat" de 1952. la coque est presque identique, les détails d'armement apparaissent bien. Remarquez qu'un canon de 105 mm  était prévu plage arrière, le lance-roquette ni les tubes lance-torpilles n'apparaissent pas.

 Néanmoins, je trouve cette vue très parlante, et l'artiste a de toute façon quelques droits sur la réalité. Quand j'étais sur le Provencal, Marin Marie a embarqué quelques jours pour faire des croquis du bateau et de l'équipage. J'en garde le souvenir d'un vieux monsieur tout sec mais avec dans l'oeil beaucoup de tendresse pour les choses de la mer, encore merci à lui.







Une autre illustration de Marin Marie pour la plaquette. Celle-ci représente une vue des "Ateliers et Chantiers de la loire" à Nantes en 1953.

"haut de page"





Les Mascottes Kiki et (Gribouille et Noirot)















Pour ouvrir le bal des mascottes, voici KIKI, élégamment allongé plage arrière, les sens néanmoins aux aguets. (Photo Daniel Bonnerue mars 1957)






























Kiki dérangé durant sa méditation, mais veillant quand même sur le treuil plage arrière. (Photo Daniel Bonnerue mars 1957






















Kiki posant pour la postérité, avec le regard détaché des grandes vedettes, dans les bras de Daniel Bonnerue à Toulon. Kiki est monté à bord du Boulonnais au début 1957, à la pêcherie à Bizerte. Il émargeait au préalable sur le rôle d'équipage d'un cargo qui chargeait un régiment muletier pour l'Algérie. (Photo Daniel Bonnerue-mars 1957)
















Daniel est passé second-maître, Kiki fait bien-sûr partie de la fête. Quand Daniel à quitté le Boulonnais pour le Normand, Kiki l'a suivi dans sa nouvelle affectation, puis après avoir passé la nuit sur le Normand, il a regagné "son bord". Si quelqu'un sait ce qu'il est devenu, Daniel serait ravi d'en avoir des nouvelles ? (Photo Daniel Bonnerue-Janvier 1958)

























Cette photo, suite de la précédente, nous permet de constater le côté très spartiate des passerelles découvertes qui équipaient les premiers escorteurs rapides. (Photo Daniel Bonnerue Janvier 1958)























Gribouille et Noirot ont embarqué en 1956, ils ont fait un passage limité à bord, préférant sans doute comme le dit Daniel, un poste à terre plus reposant. De part et d'autre des châtons, les Q/M André SAMANOS et Daniel BONNERUE. (Photo Daniel Bonnerue 1956)






















Gribouille et Daniel plage arrière, il devait être assez rare qu'un chat accepte la vie à bord. (Photo Daniel Bonnerue 1956)



































Dans les bras d'un QM maistrancier, Kiki semble n'avoir ni l'oeil serein, ni la patte assurée. (Photo Daniel Bonnerue janvier 1958)







































Kiki vient de passer QM chien. Le voici savourant le moment dans les bras d'un "collègue". Ceci dit j'aime le côté rétro de cette photo, avec la baleinière et la bouée couronne. (Photo Daniel Bonnerue 1956/1957)














"haut de page"




La (les) machine(s) du Boulonnais







Le quartier-maître mécanicien Bonnerue au tableau de commandes de la machine babord. (Photo Daniel Bonnerue 1956-1958)























QM2 mécanicien devant un des moteurs diezel de type Renault V12. (Photo Daniel Bonnerue 1956-1958)








































L'électro-pompe à huile. Je fais confiance à Daniel car mes connaissances en mécanique sont plus que limitées. (Photo Daniel Bonnerue 1956)





















Le matelot élèctricien Neukelmann, nous ne sommes plus dans la machine mais dans un poste d'équipage, ici pas encore de banettes, mais des hamacs que l'on voit repliés contre la coque. (Photo Daniel Bonnerue 1956)

"haut de page"



Le Boulonnais lors de l'expédition de Suez en 1956.
















En 1956 éclate la "crise" de Suez. Suite à la nationalisation du canal par Nasser, les anglais et français interviennent, Le Boulonnais est en Egypte et participe avec les Corse, Bordelais et Brestois à l'escorte des porte-avions Arromanches et Lafayette. Un hélicoptère Piasecki (HUP-2) de l'aéronavale, de la 23.s plus précisément, est en approche sur l'arrière. (Photo Daniel Bonnerue 1956)





















Décembre 1956, l'hélicoptère HUP-2 (Piasecki), n° 23-S.2 se positionne au-dessus de la plage arrière et délivre du courrier pour le Boulonnais. Il semble que lors de la crise Suez, la 23-S était détachée sur le porte-avions La Fayette. (Expédition de Suez-Photo Daniel Bonnerue 1956)







Toujours en Egypte, décembre 1956, plage arrière, le même hélicoptère de la 23S, procède à l'évacuation d'un malade que l'on distingue dans une civière juste avant d'entrer dans la carlingue de l'aéronef. Il semble que les unités détachées lors de la crise de Suez n'étaient pas toutes au maximum de leur potentiel militaire. Les nouveaux navires escorteurs d'escadre et escorteurs rapides était trop neufs. D'après un rapport du contre-amiral Lancelot courant 1956, " Les torpilles de combat des T47 (escorteurs d'escadre) et des E50 n'avaient pas été expérimentées à bord, leur téléréglage ne fonctonnait pas, les E50 recevaient en hâte des grenades qu'ils n'étaient pas entraînés à lancer." Il faut dire que même 10 ans à peine après la fin de la 2ème guerre mondiale le travail pour remettre sur pied notre marine était encore très important. Il semble néanmoins que les entraînements intensifs effectués en août et septembre aient sensiblement amélioré la situation. (Expédition de Suez-Photo Daniel Bonnerue 1956)


"haut de page"




La pêche "miraculeuse"



A Toulon en 1957, le résultat de la pêche "miraculeuse", ces 2 mulets peuvent en témoigner. (Photo Daniel Bonnerue 1957)

















Toulon 1957, un peu "Tartarin" non ?, néanmoins si certains se reconnaissent sur ces deux photos, signalez moi votre identité. (Photo Daniel Bonnerue 1957)














"haut de page"




Les escales (Bruxelles, Lisbonne, le Stromboli et Malte)












Le "Manneken piss", héros du folklore bruxellois. La légende dit que l'original aurait uriné sur une bombe incendiaire et ainsi évité un incendie lors du siège de Bruxelles par les troupes de Louis XIV. Cette réplique trônait dans le poste d'équipage après la visite du Boulonnais à Bruxelles en 1955. (Photo "Le Boulonnais" via Daniel Bonnerue 1956)




























En 1957, le Boulonnais fait escale à Lisbonne. Des contacts se tissent avec la marine portugaise, ici le matelot Vitorino Da Silva Reis. (Photo Daniel Bonnerue 1957)





















Le volcan Stromboli, la tête dans les nuages. Ce volcan se situe dans les iles Lipari, au nord de la Sicile. Même en septembre, la Méditerranée peut avoir des airs d'Ecosse. (Photo Daniel Bonnerue septembre 1956)

















Escale à Malte en mai 1956, Daniel plage arrière avec en fond ce que je pense être des navires britaniques. A l'époque la flotte de sa Très Gracieuse Majesté était encore omniprésente en Méditerranée. (Photo Daniel Bonnerue mai 1956)




















En Août 1963, Le Boulonnais fait escale en Ecosse, à Edimbourg. "Cols Bleus" rend en rend compte dans l'article ci-dessus. Le Boulonnais était accompagné des escorteurs rapides Bordelais et Corse, de l'aviso Amyiot D'Inville (mis en service en 1947) et du destroyer d'escorte ex-US Malgache (mis en service en 43)? Sur cette photo on peu apercevoir de gauche à droite Jacques Rabussier, JLG, Jacques Le Du, Jacques Bergère et devant le QM Etienne. (Photo COLS BLEUS - Aout 1963 envoyée par  Jean-Louis Guerin)




"haut de page"




Photos d'équipage



Plage arrière, pose sur la tourelle de 57 mm arrière, les formes caractéristiques de ces affûts doubles sont ici bien rendues. (Photo Daniel Bonnerue 1957)
















Avec de nouveau la tourelle en fond, voici les QM Bonnerue et Samanos (à droite).Petite remarque, remarquez un écusson sur le panneau au-dessus des tubes des canons, il doit s'agir d'une décoration (non officielle) à la manière des tapes de bouche. (Photo Daniel Bonnerue 1956-57)































L'équipe chaufferie en 1957. J'ai hésité à mettre cette photo dans la rubrique "Machines" tellement la spécialité des "mécanos" est liée à un endroit particulier. A cette époque, certains "choufs" (quartier-maîtres chef) étaient plus âgés que leurs officiers-mariniers. Ce qui leurs donnait une certaine autorité dans l'équipage. (Photo Daniel Bonnerue 1957)
























Daniel et William (?). Les tenues de travail sont un peu "fripées". D'accord ce n'est pas du Yves St Laurent, mais quand même solide et pratique. (Photo Daniel Bonnerue 1956/1957)


































Daniel pose en QM juste avant de passer second-maître. Ces moments là sont très importants. Le passage chez les officiers mariniers est un stade que l'on n'oublie pas. (Photo Daniel Bonnerue - décembre 1957)































Voilà c'est fait, une belle "sardine" dorée vient orner les avant- bras. Participent à la fête, le QM1 Fortin (au centre) ainsi qu'un QM maistrancier.(Photo Daniel Bonnerue-janvier 1958)




















"haut de page"

"Retour à la page Souvenirs"