SOUVENIRS DU BOURGUIGNON

Diverses photos du Bourguignon de diverses sources
Le Bourguignon en 1964
Le Bourguignon par Daniel JOLY entre 1971 et 1975
Diverses souvenirs du Bourguignon par Karoll SASSOWER en 1970
Diverses photos du Bourguignon par Bernard DAMBLON en 1963-1965
Le Bourguignon en 1960 par Jean JURY



Des photos de diverses sources, certains auteurs sont repris ailleurs, d'autres non, il n'y a pas de logique ci ce n'est celle un peu hiératique de votre serviteur, vous savez le coffre de grand-père dans le grenier que l'on ouvre par pure curiosité .... alors laissez vous guider par le hasard. (mise en ligne le 7/01/2010)





Le Bourguignon, dans le pc de 57mm au cours d'un exercice. (photo Copy - 1974-76)


Le Bourguignon et la Bourgogne ont toujours entretenu des liens étroits. L'équipage était régulièrement et très amicalement reçu en Bourgogne et parfois c'était le bateau qui comme ici accueillait des délégués bourguignons à son bord. Le dessin très explicite est de François Bellec, ancien commandant du Bourguignon et commandant au moment de cet article. (photo "Cols Bleus" et Robert MAILLOT - septembre 1974)



Le 25 juin 1976, Le Bourguignon appareillait de Brest avec d'anciens commandants, des délégués venus de Bourgogne, des familles des membres de l'équipage. Tout cela pour dire un dernier adieu à ce vaillant bateau qui avait parcouru 450000 nautiques soit 20 fois le tour de la terre, il avait bien mérité cet hommage. (photo Daniel Joly  et "Cols Bleus"- 1976)



Le Bourguignon embarque des élèves de l'Ecole militaire de la flotte pour un exercice avec le "Lorrain". Les escorteurs rapides, bateaux à "tout faire" était très utilisés pour ces sorties. (photo Daniel Joly - 197?)


Le 23 mai 1973, le Bourguignon fait escale à Willemstad capitale de l'île de Curaçao dans les antilles néerlandaises. (photo Daniel Joly - 1973)


Pour finir cette séquence un photo venant du Service historique de la défense et qui date de 1959. (photo SDH - 1959)



(retour en haut de page)



La vie du bord était parfois rythmée par la parution d'un journal qui rendait compte de ce qui se passait à bord, il était exécuté par des amateurs mais même si cela se passait dans la bonne humeur, le bien public du bord était pris en compte par les rédacteurs. Voici à la fin de 1974, le B.I.S (Bourguignon Information Service), bulletin mensuel du bord. La couverture a été réalisée par le commandant du moment, le capitaine de corvette François Bellec qui est devenu par la suite amiral et qui est bien connu comme peintre de la marine. Il faut bien avouer qui y avait une certaine recherche, mélange de tradition et de modernisme, pour l'époque. Ce bulletin a été mis en ligne sur le forum des Anciens Cols Bleus par copy, merci à lui d'avoir gardé ces souvenirs. (Mise en ligne : 28/07/2012)


   

1974. Voici les deux premières pages du BIS. La qualité des supports de l'époque rend la conservation de ces documents un peu compliquée. La page deux rend compte d'une visite à la ville marraine, Dijon. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)


1974. La fin du compte rendu de la visite du Bourguignon à Dijon, sa ville marraine, l'accueil semble avoir été très cordial. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)

1974. Le BIS participait à la vie sociale du bord en publiant les dates d'anniversaires. Je suis à nouveau étonné par les âges, y compris le commandant, on n'hésitait pas à confier un tel outil à des jeunes comme nous, vous allez me dire qu'il en est de même aujourd'hui et vous aurez raison, sans doute est ce moi qui ai vieilli et qui ai du mal à se souvenir exactement du "jeune" que j'étais. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)


1974. J'aime bien cette page car elle dit beaucoup sur l'époque. D'abord, le poste d'équipage que l'on décorait pour les fêtes de fin d'année, ensuite la "boîte à idée", il n'y avait pas de "Facebook" ni de forum pour donner son avis, on faisait avec les moyens du bord et ça ne marchait pas si mal. Ensuite le voyage proposé par le bord, à l'époque du service militaire c'était pour certains l'occasion d'aller aux "sports d'hivers", la marine de l'époque servait aussi à cela, elle permettait un brassage social, mais ça c'est une autre histoire. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)

 



1974. Voici maintenant la page culturelle. Une phrase me semble bien symboliser cette époque "La coopérative peut offrir un certain nombre de places aux appelés". La vie des appelés n'était pas tous les jours rose, mais ils faisaient entièrement partie de l'équipage et les plus démunis n'étaient pas oubliés. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)



1974. Le BIS s'occupait aussi de la promotion sociale de l'équipage. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)




1974. "La noce à Pichavant". Alors là ! je câle, je pense à un livre mais sans plus. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)



1974. Les mouvements du Bourguignon en novembre et décembre 1974. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)



1974. Les amateurs de sport d'étaient pas oubliés. Merci à Copy d'avoir gardé ces petits moments de notre mémoire collective. (document de COPY sur le forum des Anciens Cols Bleus - 1974)


(retour en haut de page)



1964. Jean est embarqué sur le Bourguignon comme électricien. Cette photo est prise depuis la passerelle découverte du Bourguignon, on aperçoit deux autres escorteurs rapides au centre de la photo. (mise en ligne : 12/02/2011) (photo jean5954 - 1964)


1964. Autre photo sans doute prise au même moment. L'avant du Bourguignon. la lumière est très belle. (photo jean5954 - 1964)



1964. Le Bourguignon fait un transfert à la chaise avec un autre escorteur rapide du type E52. Au fond on aperçoit la côte qui est assez près pour ce genre de manoeuvre. (photo jean5954 - 1964)



1964. Evacuation sanitaire d'un malade ou blessé par un hélicoptère de type Alouette II. L'affût double de 57mm arrière est basculé sur tribord pour permettre l'élinguage depuis la plage arrière. Exercice ou réalité, la photo est impressionnante. (photo jean5954 - 1964)



1964. Photo gag. Le Bourguignon fait escale aux Canaries. Une partie de l'équipage part en excursion. Lors d'un arrêt, quelle n'est pas leur surprise de trouver ce pêcheur à la truite qui n'est autre que leur commandant, le capitaine de frégate Wassilieff. (photo jean5954 - 1964)



1964. J'aime bien cette photo car elle rend compte d'une époque qui n'existe plus. Ces jeunes hommes sont en train de fêter la "quille" d'un ou plusieurs d'entre eux. Cela correspondait à la fin de leurs service militaire. Elle montre aussi bien l'intérieur d'un poste d'équipage. Il existe ci-dessous d'autres photos de "jean5954" que j'avais précédement mises en ligne. Encore merci à lui pour ces souvenirs. (photo jean5954 - 1964)

(retour en haut de page)


Voici le Bourguigon en 1964, souvenirs envoyés par le matelot (à l'époque) électricien "Jean5954", pseudo d'un ancien rencontré sur le forum des anciens cols bleus, un grand merci à lui. (Mise en ligne le 30 octobre 2010).



1964. Le Bourguignon. Un matelot resté inconnu à l'heure actuelle pose sur l'affût arrière de 57mm. Les canons sont équipés de leurs tapes de bouche et le nom de l'affût apparaît à droite à savoir "Nuits Saint Georges". (photo "jean5954" - 1964)


1964. Poste d'équipage. A l'époque le hamac été toujours d'actualité. Je n'ai connu que les bannettes, je trouvais que l'espace était très occupé, mais à voir cette photo, je n'avais pas à me plaindre. (photo "jean5954" - 1964)



1964. Toujours dans le poste d'équipage, le fameux caisson, plein comme un oeuf et toujours trop petit. Remarquez en haut du caisson, des éléments de l'uniforme, ils sont dans un sac en plastique, c'était une façon de les protéger des cafards qui "parfois" hantaient nos postes. (photo "jean5954" - 1964)



1964. Le Bourguignon est en escale avec un autre escorteur rapide à couple. Le voici photographié depuis la plage avant. (photo "jean5954" - 1964)


1964. Le Bourguignon procède au lancement d'une torpille ASM, sa principale arme contre les sous-marins. La torpille est lancée grâce à de l'air comprimé. (photo "jean5954" - 1964)



1964. Autre lancement de torpille. La torpille est éjectée au moyen de gaz comprimé contenu dans les bouteilles que l'on voit à gauche sur les tubes, puis elle son moteur se met en route et entraîne deux hélices contra-rotatives. La torpille est peinte en jaune afin d'être plus facilement repérable et donc récupérable après l'exercice. (photo "jean5954" - 1964)



Cette photo n'est pas de Jean mais de Michel Bidaud, elle représente le PC TELEC et est bien représentative de cette époque. Un grand merci à "Jean" et à Michel Bidaud pour ces photos et commentaires. (photo Michel BIDAUD - 19??)



(retour en haut de page)



Daniel JOLY a embarque sur le Bourguignon de 1971 à 1975 comme matelot et quartier-maître fourrier. Ses souvenirs vont nous permettre de préciser beaucoup de choses sur ce fier vaisseau. Merci à lui pour l'autorisation de mise en ligne.




Tout d'abord les armes de Bourgogne avec la référence au fait que chaque commandant du Bourguignon était automatique intronisé dans l'ordre de la confrérie des chevaliers du Tastevin. Il faut aussi préciser que les 3 affûts doubles de 57mm du bateau portaient comme nom de baptême, "MEURSAULT", "NUITS SAINT GEORGES" et "CLOS VOUGEOT". Quand au lance-roquettes ASM de 375mm, il portait le nom d'un célèbre corsaire et chef d'escadre bourguignon du 18ème siècle "François THUROT". (photo Daniel Joly - 1971/1975)



1975. Lors d'une mission SARGASSE, la première du nom, le Bourguignon fait escale à Saint Barthélémy, le Vendéen était aussi de la partie. Ce moment est immortalisé par cette photo de tout l'équipage de l'époque sur la plage avant du Bourguignon. Mais pourquoi ont-il mis les plus gros sur le babord du bateau ? ça gîte. (photo Alain Coquillon via Daniel Joly - 1975)



Septembre 1975, le Bourguignon fait escale à Bordeaux, nous le voyons ici remontant la Gironde et passant sous le pont d'Aquitaine. L'arrivée sur Bordeaux n'est pas simple à cause des bancs qui affleurent, d'où la présence vigilante du remorqueur du port. (photo Alain Coquillon via Daniel Joly - 1975)

(retour en haut de page)



1972. Le matelot missilier Le Payen quitte la marine au terme de son service militaire, il rejoint ses foyers à Kérity Paimpol dans les Côtes d'Armor. Je tiens à cette photo car elle montre que ceux qui faisaient leur service à bord avaient au moins au niveau de l'équipage, la même valeur que les autres. (Photo Daniel JOLY - 1972)



Les 2 et 3 juin 1973, le Bourguignon fait escale aux Iles du Salut en Guyanne. L'équipage visite les anciennes installations du bagne. Il se livre aussi à la pêche au gros et en voici le résultat, un requin de 1,50 m. (Photo Daniel Joly - 1973)



1973. La suite de la pêche, le requin est hissé en utilisant un des canons de 57mm. On comprend que les bagnards y pensaient à deux fois avant de faire la belle par la mer. (Photo Daniel Joly - 1973)


1974. Le poste du barreur dans l'abri de navigation. Voici le maître d'hôtel du commandant. A droite de la tête du barreur, les deux transmetteurs d'ordres qui permettaient de transmettre à la machine les tours d'hélices et ainsi la vitesse du bateau. L'intérieur des escorteur rapide ressemblait encore à ce qui se faisait avant la guerre, sans les radars bien-sûr. (Photo Daniel Joly - 1974)


1972. Une vue classique d'un rapide vers l'arrière prise depuis l'arrière du bloc passerelle. Quand le temps était beau et la mer calme, c'était un vrai plaisir, quand la mer était mauvaise on marchait parfois sur le murs, mais ça c'est une autre histoire. (Photo Daniel Joly - 1972)



1974. Le Bourguignon fait escale à Bordeaux. Il s'apprête à accoster sans doute du côté du quai de la lune avant le pont de pierre, pas loin de là où le regretté COLBERT a tellement défrayé la chronique locale. Mais ça aussi c'est une autre histoire. (Photo Daniel Joly - 1974)


(retour en haut de page)



A l'occasion de la visite à bord de 12 anciens marins bourguignons, le "drapeau" du bateau est remis à l'amicale des anciens marins de Beaune, c'est un article du "Télégramme de Brest", juste une petite remarque, les bateaux ont des pavillons, le drapeau est remis a titre exeptionnel à une unité, l'école des mousses avait un drapeau par exemple pour ses contributions pendant les deux guerres mondiales. (Photo Daniel Joly - 1974)










Le 3 novembre 1974, le commandant du Bourguignon, le capitaine de corvette François Bellec reçoit le cordon de Pourpre et d'Or de l'ordre des Tastevins au chateau du Clos Vougeot. Il est dit dans l'article que le menu du repas qui a suivi était illustré par le commandant Bellec lui-même, le bourguignon dessiné dans une bouteille ci-dessus est aussi de ses oeuvres, il a aussi beaucoup participé à l'illustration de livres sur la marine ou de revues comme "Cols Bleus". (Photo Daniel Joly - 1974)



















Pour en finir avec notre revue de presse, voici Popeye à droite et en bas de la photo qui participe aux maneuvres d'amarrage du Bourguignon. Je pense que cette revue pour jeunes n'existe plus, en tout cas elle s'interessait à la marine et cela mérite d'être souligné. (Photo Daniel Joly - 1974)















Cette belle photo est de COPY embarqué aussi sur le Bourguignon, elle a sans doute été prise au cours d'une revue navale,peut-être celle de 1971. (Photo COPY- 197?)



1975. Le Carré des officiers mariniers supérieurs en 1975.au premier rang, Copy, pm fusilier Thomas, MP mécan Bellec, Asp médecin dit esculabe, Pm commis Urvoas, au 2ème rang ,? , Pm elect Quena, PM mécan Roul, Pm missillier Le Gall, MP fourrier Eozenou, PM torpilleur Bonpam, au 3ème rang, Pm elect gloaguen, Pm det ?. (Photo COPY- 1975)


Les escorteurs rapides ne meurent jamais, la preuve cette photo date de 2008. Encore merci à Daniel JOLY et à COPY pour ces photos.(Photo Daniel Joly - 2008, maquette Heller du Bourguignon au 1/400ème)

(retour en haut de page)

Du 4 juillet au 22 décembre 1972, au cours d'une mission ZMOI, le Bourguignon commençait son périple par les Canaries. Daniel JOLY a heureusement gardé des documents édités à l'époque. Merci à lui. (Mise en ligne : 02/02/2013)


 

Le 8 juillet 1972, Le Bourguignon commençait son escale à Las Palmas, capitale des Iles Canaries. Le "journal du Bourguignon" en rendait compte. (Photo Daniel COPY - 1972)

 





Juillet 1972. La suite du compte-rendu de l'escale à Las Palmas. Ce genre de document fourmille de petits détails sur la vie du bord et je trouve qu'il a bien sa place ici. (Photo Daniel COPY - 1972)




Juillet 1972. Le transit de Las Palmas à Dakar au Sénégal. Où l'on peut lire que les ennuis du patrouilleur la Combattante ne sont pas terminés. (Photo Daniel COPY - 1972)



Juillet 1972. Le Bourguignon et la Combattante ont retrouvé le Brestois à Dakar. Les visites sont organisées et les autres loisirs aussi. (Photo Daniel COPY - 1972)



Comme les escorteurs rapides ont souvent écumé les eaux de Dakar, j'espère que cette carte rappellera aux anciens quelques souvenirs. C'est le cas de votre serviteur. (Photo Daniel COPY - 1972)



Juillet 1972. Le "Bourguignon Presse Info" rend compte de la suite du voyage, on prépare le passage de la ligne et le transit vers Pointe-Noire au Congo. (Photo Daniel COPY - 1972)



Juillet 1972. Le transit du Bourguignon se poursuit dans une certaine routine, mais la vie à bord c'est aussi cela. (Photo Daniel COPY - 1972)



Juillet 1972. Le passage de la ligne, avec quelques précisions supplémentaires, il faut bien dire que chaque bord avait ses propres traditions et l'imagination était rarement en rade. (Photo Daniel COPY - 1972)

(retour en haut de page)




Juillet 1972. La suite des opérations liées au passage de la ligne. A lire en détail. (Photo Daniel COPY - 1972)




Juillet 1972. Carte du transit vers l'Afrique du sud. La prochaine escale est Pointe-Noire au Congo. (Photo Daniel COPY - 1972)




Juillet 1972. Escale à Pointe-noire, où on apprend que le Brestois qui accompagne le Bourguignon a quelques problèmes matériels. (Photo Daniel COPY - 1972)



Juillet 1972. Fin de l'escale de Pointe-noire, les problèmes du Brestois ne semblent pas s'arranger, il faut dire aussi qu'il accuse un peu son âge et que les escorteurs rapides en général sont des serviteurs qui ont beaucoup été sollicités. (Photo Daniel COPY - 1972)




Vue générale de ce qui attend le Bourguignon et le Brestois en Afrique du Sud, la vie de marin a parfois de très bon côtés. (Photo Daniel COPY - 1972)



Le Brestois et à couple le Bourguignon à Simonstown. Cette photo a été envoyée par Jean-Marc POMIE qui était à l'époque sur le Brestois. (Photo Pomie - 1972)




Arrivée à Simonstown. Où l'on constate que l'Afrique du Sud est bien dans l'hémisphère sud et que juillet/aout n'est pas la meilleure saison. Mais le moral semble toujours au beau fixe, même si les performances sportives ne s'arrangent pas, les sud-africains ont toujours été de très bons rugbymens. (Photo Daniel COPY - 1972)



Aout 1972. Fin de l'escale à Simonstown, le football venge le rugby. Visite du Cap, puis transit vers Durban. (Photo Daniel COPY - 1972)




Aout 1972. Fin de l'escale à Durban et en Afrique du sud. En suite remontée dans l'océan Indien. Le patrouilleur La Combattante semble avoir aussi fait parti de ces escales.. (Photo Daniel COPY - 1972)




(retour en haut de page)



Karoll SASSOWER a embarqué en 1970 sur le Bourguignon. Il a gardé le fascicule donné lors de l'embarquement, en voici des morceaux choisis et encore merci à lui.



1970. Le nouvel embarqué reçoit ce petit livret pour ce familiariser avec le bateau, son organisation et son histoire. Il semble que les liens entre la Bourgogne et le Bourguignon aient été particulièrement forts. (Photo Karoll SASSOWER - 1970)


1970. La suite où on y parle de la Bourgogne en général et des richesses de ce très beau coin de France si loin de la mer mais qui méritait bien qu'un bateau porte son nom. (Photo Karoll SASSOWER - 1970)


1970. Pour suivre les caractéristiques techniques du Bourguignon avec des chiffres généralement pas repris comme les débordements d'hélices ou de dôme radar. Je ne sais pas si cette habitude d'un livret comme celui-là existe encore dans la Royale actuelle ? (photo Karoll SASSOWER - 1970)


1970. Et pour finir, le règlement d'ordre intérieur car il ne faut pas s'y tromper nous sommes à bord d'un bâtiment militaire et chaque chose doit avoir sa place et dans chaque place une chose, chacun doit savoir qui est qui et qui fait quoi. Merci à Karoll pour ces souvenirs. (photo Karoll SASSOWER - 1970)

(retour en haut de page)





Bernard DAMBLON a été affecté sur le Bourguignon d'avril 1963 à décembre 1965, avant de poser son sac sur le Provencal. Il nous envoi cette série de photos du Bourguignon. Ci-dessus, le Bourguignon entre dans le port de la Valette, la capitale de l'île de Malte, nous sommes en 1964. (Photo Bernard DAMBLON - 1964)



1965. Plage arrière du Bourguignon. "Paré pour la manoeuvre". Bernard DAMBLON est au 1er rang à gauche de la photo. Il était quartier-maître torpilleur, ce qui explique peut-être son air dubitatif quand à l'emploi de l'aussière qu'il a en main ! C'est bien-sûr pour rire, car a bord d'un bateau de la taille d'un rapide, il fallait savoir faire autre chose que sa propre spécialité, et c'était un des charmes de ce type d'embarquement. A remarquer la filière provisoire de mauvais temps au premier plan. Nous sommes au large de l'Espagne en exercice avec sans doute un bateau espagnol que l'on aperçoit à droite. (Photo Bernard DAMBLON - 1965)



Le Bourguignon dans le canal de Bizerte. Le Port de Bizerte en Tunisie est relié à la Méditerranée par un canal. Cette photo semble avoir été prise après l'indépendance de la Tunisie. La Tunisie a proclamé son indépendance en 1956, mais ce n'est qu'en 1961 qu'à la suite des évènements de Bizerte que la France a évacué définitivement la base de Bizerte.  La photo date peut-être de ce moment. EN tout cas un grand merci à Bernard pour ces envois. (Photo Bernard DAMBLON - 1961)

(retour en haut de page)
 

Cette photo est prise à MERS EL KEBIR en 1960. Elle représente le Bourguignon à droite et deux autres escorteurs rapides de type E52, qui doivent être Le Breton, Le Basque, Le Béarnais ou l'Agenais au vue de la passerelle agrandie. A partir du 5 janvier 1959, le Bourguignon accompagné de l'Agenais ont été les premiers à être détachés en Agérie pour des missions de surveillance du traffic maritime. Les escorteurs rapides ont, par rotation, effectué des séjours de un à quatre mois en Afrique du nord.(photo Jean JURY).













Comme indiqué dans la légende, voici la compagnie de débarquement du Bourguignon à ARZEW durant la guerre d'Algérie. Il faut bien reconnaître que les marins sont plus à l'aise sur un pont en pleine tempête que dans des épisodes de type D Day. (1960 - photo Jean JURY).



















Quelque part près du détroit de Gibraltar en décembre 1960. Le bourguignon est alors en surveillance maritime (surmar). Sur la photo on voit l'équipe de visite - un cargo est-allemand ou polonais est en cause - qui se prépare au départ. Mais.... le moteur qui refuse de démarrer et une fuite d'air malencontreuse (voir le matelot Peleru à la pompe) compromettent un moment la suite de l'opération qui aura tout de même lieu ! (1960 - photo Jean JURY).














La légende se passe de tout commentaire. Si les "professionels" de l'aussière se reconnaissent, qu'ils fassent passer l'info. (1960 - photo Jean JURY).




















Le temps béni des escales, découvrir le monde à 20 ans, que demander de plus ? Remarquez que l'allure est nettement plus "marine" que la photo précédente. (1960 - photo Jean JURY).























Le Bourguignon à Oran ,stade Bar beida aout 1961 .rencontre footbalistique entre le 11 de l'equipage et celui des officiers-mariniers, on est encore loin de la coupe du monde

. (1961 - photo Jean JURY).













Au large des Iles Baléares en 1960, photo prise de la plage arrière vers l'avant à babord, au premier plan une des 4 valises porte-torpilles. (1960 - photo Jean Jury)

















Cette photo représente une patrouille formée parmi l'équipage du Bourguignon. Nous sommes à ORAN le 5 janvier 1961, La section de débarquement du Bourguignon avait été mise à terre à l'occasion du référendum du 08 janvier 61. Si certains se souviennent ..... (1961 - photo Jean Jury)



(retour en haut de page)

"Retour à la page Souvenirs"