SOUVENIRS DU NORMAND - 2ème partie

Si pour certains "rapides", les documents sont rares, pour d'autre, heureusement, ce n'est pas le cas. Pour le Normand, j'ai décidé de le mettre en deux parties pour faciliter la lecture. 

- Diverses photos du Normand sur ALABORDACHE

- Le Normand par Yves PIHOUEE et T.NEVEUX en 1958/59 et  1975/80

- Le Normand par Patrick PERARD en 1969/1970

- Le Normand par Claude LORIOT en 1967-1968

- Photos du Normand par Michel Micaux en 1967

- Diverses photos du Normand en 1971 et 1972

- Photos du Normand par Christian DEBEAUVAIS en 1975

- Photos du Normand par François GUERIN de 1979 à 1981




Le site www.alabordache.com est une source très importante de documents originaux, le problème est pour trouver l'auteur des photos mises en ligne, ci-dessous des documents que j'aime bien mais dont je ne connais pas les propriétaires, donc si ils se reconnaissent ..... (mise en ligne : 01/09/2012)


Septembre 1962 à Brest. Les membres du poste 4 posent plage arrière du Normand. A l'arrière plan, on peut aperçevoir le bâtiment de ligne Richelieu. (photo www.alabordache.com - 1962) 



Jour de l'an, toujours dans le poste 4, la fête bat son plein. (photo www.alabordache.com - 1962)



Mai 1963. Vue de la cérémonie du passage de la ligne. (photo www.alabordache.com - 1963)



Photo sans doute prise à la même période que la précédente, quelque part aux Antilles, à nouveau les copains du poste 4, plage arrière. (photo www.alabordache.com - 1963)



Photo beaucoup plus récente, nous sommes pont milieu au cours d'exercices de tir sur le canon de 20mm babord. (photo www.alabordache.com - 19??)



Date et lieu inconnus. Le Béarnais se présente sur le babord du Normand, sans doute au cours d'un exercice de ravitaillement. (photo www.alabordache.com - 19??)




(retour en haut de page)

D'autres photos divers d'auters connus ou inconnus, si ils se reconnaissent, ils peuvent me faire signe pour que je rétablisse leurs droits de propriété, en tout cas merci à tous. (mise en ligne : 06/01/2013)



Christian a déjà envoyé des souvenirs sur le Normand, je l'en remercie encore. Ici c'est une feuille de service du samedi 29 et dimanche 30 novembre 1975. Ce n'était pas de la grande littérature mais c'était pragmatique. Avec par exemple les Qm et matelots aux arrêts ou en consigne ou encore la remarque demandant de faire attention aux visiteurs car le bateau était en bassin. En tant que fourrier, j'ai maintes fois imprimé ce genre de document. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)




Yves a aussi envoyé ses souvenirs de la fin des années 1950. Ici, un autre moment indispensable de la vie du bord, le poste de propreté, sans qui la vie aurait vite été impossible dans les postes d'équipage. (photo Yves PIHOUEE - 1957-58)




Photo du Normand prise sans doute au cours d'un ravitaillement. Photo trouvée sur www.alabordache.com (photo www.alabordache.com - 19??)



L'intérieur d'un poste d'équipage avec encore les hamacs dont les matelas sont roulés dans les casiers. Photo trouvée sur www.alabordache.com (photo www.alabordache.com - 196?)



Certains objets ont pu être sauvés tel ce renard du Normand, préservé à l'Ecole de Maistrance à Brest en 2010. (photo Joël CHANDELIER - 2010)

(retour en haut de page)


D'autres photos divers et variées, certaines d'auteurs déjà connus de nos services, merci à tous en tout cas. (Mise en ligne : 14/09/2013)



A la fin des années 1950, vue du Normand vers l'avant. (Photo Yves PIHOUEE - 1957 ??)



Une autre photo de Yves Pihouee, lancement d'une torpille anti-sousmarine. (Photo Yves PIHOUEE - 1957 ??)



La plage avant du Normand. Les pellicules photo de l'époque supportent mal les outrages du temps, mais c'est un souvenir aussi. (photo www.alabordache.com - 19??)



Le Normand sur l'arrière d'un escorteur d'escadre que je n'arrive pas à identifier. Peut-être au début d'un exercice de remorquage. (photo www.alabordache.com - 19??)



1963. Photo de Xavier Monet, prise sans doute au cours d'un stage à bord pour le brevet élémentaire de DSM. Vue d'un projecteur à la passerelle découverte (photo Xavier MONET sur www.alabordache.com - 1963)



Il n'y a aucun commentaire sur la date ou l'auteur de cette photo. Elle permet neanmoins d'avoir une petit idée sur les radeaux de sauvetage du bord comme on peut voir au premier plan. (photo www.alabordache.com - 19??)




De septembre 1985 à avril 1959, Le Normand est en grand carénage à l'arsenal de Bizerte en Tunisie. Depuis 1956, la Tunisie est indépendante, mais la France avait gardé la base navale de Bizerte. La base est revendiquée par la Tunisie et des incidents ne tardent pas à avoir lieu entre les forces française et tunisiennes. Les tenues de combat de la photo montrent que certaines précautions ont été prises à bord des bateaux. (photo www.alabordache.com - 1958)



(retour en haut de page)



 Cette semaine c'est à deux personnes que nous devons les souvenirs ci-dessous, il s'agit de Yves PIHOUEE pour les années 1958/59 et T.NEVEUX pour les années 1975 à 80. Ils ont tous les deux arpenté les coursives du Normand, merci à eux : (mise en ligne : 13/11/2011)


Yves PIHOUEE a embarqué sur le Normand à la fin des années 1950. Cette photo a été prise plage arrière, on peut voir un autre escorteur rapide qu'il est malheureusement impossible d'identifier. A droite et à gauche de la photo les flotteurs qui sont des paravanes, destinés à remorquer des bruiteurs anti-torpilles. Ces flotteurs maintenait un bruiteur du type AB-1002, composé de barres métalliques dont les claquements entre elles étaient supposés emmettre un bruit suffisant pour attirer les torpilles. Il était également possible d'immerger des charges explosives destinées à détruire les torpilles ou à les leurrer, en provoquant une bulle acoustique ressemblant à l'écho d'un bâtiment de surface. (photo Yves PIHOUEE - 1957(?))


Au large de Marseille, le Normand fait des essais de machines. La lame arrière pouvait monter au niveau de la plage arrière quand on poussait les deux machines au maximum, le cuisinier du bord semble sensible au spectacle. (photo Yves PIHOUEE - 1957-1958)

 


Photo d'un sous-marin prise depuis le Normand. Il s'agit d'un ancien sous-marin allemand. La marine française a réquisitionné plusieurs sous-marins ex-allemands, dont deux du type VIIc (MILLE et LAUBIE) et deux du type IXc (BLAISON et BOUAN). Le BLAISON a été désarmé en 1957 et le BOUAN en 1959. L'appendice entre le groupe de l'avant et le kiosque me fait penser au BLAISON mais sans certitude du tout. (photo Yves PIHOUEE - 1957(?))




Le Normand est ravitaillé par le porte-avions La Fayette. Cette photo est prise soit en septembre 1957 soit au printemps 1958. Un grand merci à Yves Pihouée pour l'autorisation de mise en ligne. (photo Yves PIHOUEE - 1957 ou 1958)


Pour continuer, quelques photos de la fin des années 1970, envoyées par T.NEVEUX embarqué comme mécanicien sur le Normand à cette époque, merci à lui pour l'autorisation de mise en ligne..



Le Normand. Le matelot LE GUIFANT sortant plage arrière de la soute à cotons spongieux, cela ne s'invente pas. (Photo T.NEVEUX - 1975 (?))



A l'intérieur du poste 5, poste des mécaniciens. Le groupe se compose en partant de la gauche de LE BARZIC, GRACIET, DUMAS ou DUVAL et un inconnu. (Photo T.NEVEUX - 1975 (?))



Avant le départ en permission, à la fin des années 1970, la discipline était beaucoup plus lâche. Les inspections avait tendance à devenir des formalités. De gauche à droite, NEVEUX, PICQUET, ?, et SAUVAGET. Encore merci pour ces photos. (Photo T.NEVEUX - 1975 (?))


(retour en haut de page)



En 1969-1970, Patrick PERARD est embarqué comme fourrier sur le Normand. Il a bien voulu m'envoyer les photos ci-dessous. Merci à lui pour ces souvenirs : (Mise en ligne le 28/05/2011)



Le Normand en plein atlantique. La photo est prise depuis l'aileron tribord. (photo Patrick PERARD - 1969-70)


Le Normand au quai des flottilles à Brest. Je trouve que sur cette photo, la filiation avec les destroyers d'escorte américains est très visible.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le Normand au quai des flottilles, à gauche et derriere l'escorteur rapide on peut voir la silhouette d'un porte-avions et les mats d'un pétrolier ravitailleur. A couple un escorteur d'escadre du type conducteur de flottille soit le Surcouf soit le Cassard ou Chevalier-Paul. Comme le Cassard a fait l'essentiel de sa carrière en Méditérranée, il doit s'agir d'un des deux autres. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le Normand ainsi qu'un autre escorteur rapide sont en escale à Plymouth en Grande-Bretagne. la lumière est très belle sur cette photo.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le Normand est ravitaillé par le porte-avions Foch. La différence de taille entre les deux bateaux est ici impressionante. Une des faiblesse des escorteurs rapides était quand même leur autonomie à la mer quand des vitesses plus élevées étaient demandées. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Pour finir (temporairement)ici les souvenirs de Patrick Pérard, voici un papier à lettre de 1960 du Normand, avouez que cela avait une certaine classe. Un grand merci à Patrick PERARD pour ces photos souvenir.


(retour en haut de page)


Le Normand au début de son ravitaillement avec le porte-avions Foch que l'on voit au centre de la photo. Il y a pas mal de travaux de peinture sur la plage avant. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le Normand se présente sur le tribord du Foch dont on voit l'arrière. Manoeuvrer une telle masse ne devait pas être chose aisée.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le ravitaillement se fait au moyen de la grande grue fixe à l'arrière de l'ilôt. A gauche de la photo, le grand trou de l'ascenseur latéral. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le même Foch pris à travers d'un des hublot sans doute dans le local des douches à babord arrière. Au premier plan un des tubes lance-torpilles babord. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le même ravitaillement pris depuis la plage arrière du Normand.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Vue un peu plus détaillée de l'ilôt du Foch. Remarquez le nombre élevé des divers aériens des radars du porte-avions.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



En bas et à gauche de la photo l'avant d'un des tubes lance-torpilles babord. Cette photo a du être prise juste derrière le roof sur lequel se trouve la cheminée du Normand.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Vue classique prise de tribord du Normand.(photo Patrick PERARD - 1969-70)


(retour en haut de page)


Suite de la mise en ligne des photos de Patrick Perard- 11/06/2011.




1970. Le Normand dans le goulet de Brest. Le long de la rive nord du goulet, au fond je pense que nous voyons le phare de la pointe Saint Mathieu.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



1970. Patrick Perard pose sur le roof à l'avant. Cette photo me fait me souvenir des blousons de mer, du confort de ce vêtement. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



1969. Le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Redoutable fait des essais au large de l'île de Groix.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



1969. Toujours au large de l'île de Groix. Un voilier passe sur l'arrière du bateau. Ce voilier semble être un ketch, il a d'ailleurs un peu des airs de Pen duick II.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



1970. Une vue du pétrolier ravitailleur La Seine sous des nuages d'orage, au premier plan les tubes-lance torpilles.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



1969. Cette fois, il s'agit du PRE La Saône, celle-ci en contre-jour, prise depuis la plage arrière du Normand.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Transfert de personnel, on peut voir au milieu de la photo la "chaise", entre le Normand et l'escorteur d'escadre Maillé Brézé. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Photo prise entre les tubes lance-torpilles et une des valises porte-torpilles, en arrière-plan un escorteur d'escadre de la classe T-53 (sans doute le Tartu) toujours doté de son artillerie d'origine, 57 mm et 127 mm.(photo Patrick PERARD - 1969-70)



Le 19 avril 1969, le capitaine de corvette Sauvage succède au capitaine de Corvette Vion comme commandant du Normand. La photo a été prise après la cérémonie. A l'arrière-plan, à droite de la photo, on peut aperçevoir l'ancien escorteur d'escadre Chateaurenault, d'origine italienne, désarmé, il servait de brise-lame et de "caserne flottante" aux commandos marine. (photo Patrick PERARD - 1969-70)



Vue classique, mais je dois vous avouer que je ne m'en lasse pas, un très grand merci à Patrick Perard pour ces photos.(photo Patrick PERARD - 1969-70)




(retour en haut de page)


En 1967-1968, Claude LORIOT a posé son sac sur le pont et dans le poste du Normand. Il y avait entre autres la fonction de clairon. Il a bien voulu m'envoyer des photos de cette époque, un grand merci à lui de refaire fonctionner la machine à souvenirs : (Mise en ligne le 27/11/2010)


Les postes de second-maîtres ne sont pas souvent représentés, nous y voici à la fin des années 1960. Le comfort est meilleur que dans les postes équipage. En bas de gauche a droite : Pasquier (cuistot), Boison ,Del ava, Claude Loriot. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Cette fois la fête à lieu dans le poste 2. Loriot, Pasquier, Boison et Bosquo. Le logement est beaucoup plus spartiate. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Toujours dans le poste 2. N'allez pas croire que la vie à bord n'était faite que de fêtes et beuverie, il y avait aussi les escales. La photo n'est pas très nette mais on peut y distinguer Loriot, Lhotelier, Somier, Charley. Admirez celui qui à gauche continue, imperturbable à faire ses travaux de couture. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Le 13 octobre 1967, le capitaine de corvette Vion prennait le commandemant du Normand. Voici la garde prête à rendre les honneurs. Le clairon tout à fait à droite est l'ami Loriot, le deuxième en partant de la gauche est le quartier-maître fusilier Valton. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



A nouveau le nouvel an 1968, mais cette fois cela se passe dans la cuisine du Normand. Le clairon Loriot est toujours préposé à l'animation de la fête et assure la partie musicale, le public a l'air d'aimer. De gauche à droite, Pasquier, Eymeri et Loriot. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Nouvel an 1968. Préparation du repas, bon ! depuis 1968, il y a prescrition, je vais quand même les dénoncer à leurs camarades de gauche à droite, Loriot, Boison et Pasquier. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



1967. Le Normand fait escale à Palma de Majorque. Sur cette photo à droite le sous-marin l'Eurydice qui sera perdu le 4 mars 1970 au large de Toulon. A gauche un escorteur d'escadre , la tourelle arrière porte le nom de "Curaçao", comme Jacques Cassard s'est rendu célèbre aux Antilles et lors de la bataille de Curaçao, j'en conclu qu'il s'agit du Cassard. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



(retour en haut de page)


Le bateau vire sur tribord et prend quelques degrés de gite sur babord. Photo prise vers l'arrière du bateau. (photo Claude LORIOT - 1967-68)


Nous sommes sans doute au cours d'essais de vitesse, l'arrière des escorteurs rapides était bas sur l'eau et la lame de poupe était alors plus haute que le bord. Cela me rappelle à quel point on pouvaient "sentir" ces bateaux. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Ravitaillement à la mer, je pense qu'il s'agit soit de la Seine soit de la Saône. Les manches de mazout nous cachent le matricule du bateau. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Vue du même pétrolier. Elle nous permet de mieux voir le système de ravitaillement. La mer n'est pas très bonne, le travail de l'homme de barre est alors très important. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Exercice de ravitaillement avec un bateau américain. Il s'agit d'un des destroyers issus des programmes de la 2ème guerre mondiale. Je pense plus précisément à un bateau de la classe Allen M. Sumner (Fram II). Déplacement 2200 tw, longueur 114m, largeur 12,5m. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Le même destroyer américain. Au premier plan sur le roof, un des lanceurs triples de torpilles ASM. Ces bateaux (si il s'agit bien d'un Allen M. Sumner) étaient équipés de 6 canons de 127mm et de 6 tubes lance-torpilles du type "324 mk 32". Ces bateaux pouvaient s'apparenter à nos escorteurs d'escadre. (photo Claude LORIOT - 1967-68)


Lancement d'une roquette de 375mm depuis le lance-roquettes à l'avant du bateau. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



Un dimanche après-midi. Cela ressemble à un titre de film. Je me souviens que les dimanches passés à bord pouvaient être longs quand on ne pouvait pas aller à terre. Ici Claude Loriot devant l'affût double supérieur arrière. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



1967. Souvenirs d'escale, cette photo de Claude Loriot est à rapprocher avec celle plus haut du Cassard. Elle est prise sous le mât de beaupré du Normand. (photo Claude LORIOT - 1967-68)



1968. Cette photo fait plus penser à ces souvenirs d'avant-guerre, mais elle a été prise juste après les recherches qu'a effectuées le Normand pour essayer de retrouver le sous-marin La Minerve perdu le 27 janvier 1968 dont l'épave n'a toujours pas été retrouvée. Cette photo est prise au pied de la cheminée, à gauche Jean Danielle et Claude Loriot.  (photo Claude LORIOT - 1967-68)



 Pour finir une photo du Normand dans son élément. Un tout grand merci à Claude LORIOT pour ces photos et pour l'autorisation de mise en ligne. (photo Claude LORIOT - 1967-68)




(retour en haut de page)



Diverses photos trouvées sur le site www.alabordache.com, dont pour certaines je n'ai pas réussi à trouver l'auteur, à vos mémoires.



Comme vous pouvez vous en douter, c'est une prise de commandement sur le Normand en 1971. Le commandant "sortant" est le capitaine de frégate GERVAIS DE LAFOND, le nouveau commandant est le capitaine de frégate DARODES DE TAILLY. (photo www.alabordache.com - 1971)


Le Normand, nous sommes dans le poste 1, cette photo nous fait entrer dans l'intimité des postes équipage, intimité est peut-être un terme rapide, mais avec un minimum de bonne volonté il était possible de trouver du calme dans les postes. Les coins banettes étaient en général un endroit que chacun devait respecter pour le bien de tous. Le photo doit dater de fin 1972 quand le Normand a fait une mission aux Antilles. (photo VAUDRION - 1972)


Le Normand à Fort-de-france en 1972. Le factionnaire de garde à la coupée. La rigueur du règlement était un peu atténuée sous ces latitudes. (photo VAUDRION - 1972)


1973. La Nouvelle Orléans. Le côté festif de la Louisianne semble avoir fait des ravages dans le poste 1 du Normand. A gauche Ph. Vaudrion drappé dans le drapeau américain. (photo VAUDRION - 1973)


Le Normand à Brest, un groupe de copains plage avant. En désordre, G GAUCLIN - Ph VAUDRION - G BISIN. (photo VAUDRION - 1972)


Brest 1971. Passerelle supérieure, G GAUCLIN - Ph VAUDRION - G BISIN. A remarquer au-dessus du groupe le désignateur optique d'objectifs. (photo VAUDRION - 1971)

(retour en haut de page)



En 1975, Christain DEBEAUVAIS était matelot détecteur à bord du Normand, plus exactement du 01/01/1975 au 31/05/1977, il a fait quelques photos du bord, je vous les livre telles quelles, merci Christian.




Comme je vous l'ai dit plus haut Christian était détecteur, voici son lieu de travail, le central opération ou CO. D'après ses souvenirs, se trouve à droite l'écran de veille radar et à gauche la veille aérienne. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)



Une autre vue du CO. Cette fois, du côté "guerre électronique" avec le téléphone sous-marin. Pour plus d'explications sur ce téléphone, je laisse la parole à un ami internaute plus compétent que moi sur le sujet :

L'appareil est un véritable téléphone, utilisé pour l’échange vocal entre bâtiment de surface et sous-marin qui est ainsi dispensé de reprendre la vue (manœuvre toujours délicate ou le sous-marin est très vulnérable).
Le TUUM (car c'est son nom ! et ce n’est pas du latin !) fonctionne sur le même principe qu'un sonar, en plus simple, en moins puissant et dans la gamme de fréquence vocale. À la différence du sonar, le transducteur n’attend pas l’écho du signal émis, mais la réponse intelligente et humaine du correspondant. Le signal reçu est simplement traité pour restituer la parole et la conversation. La communication se fait, non pas en duplex, mais en simplex.
La qualité du son est influencée par les différents bruits de fond (ou d'ambiance) locaux, mais permet un dialogue parfaitement audible (pour une oreille accoutumée). Il convient de parler, à son tour, assez lentement et en articulant bien, un peu comme avec les téléphones rudimentaires d’il y a un siècle…
La puissance du TUUM étant moindre que celle d'un sonar, sa portée dépend évidemment, comme pour ce dernier, des conditions de propagation : mille à mille cinq cents yards au plus... avec une qualité de son se dégradant avec la distance. 
Le résultat (…paradoxal) de cette faible portée, c’est une grande discrétion : aucune écoute ESM n’est à craindre. On a même vu utiliser ce procédé entre bâtiments de surface (proches l’un de l’autre et à faible vitesse…). Ça marche aussi entre sous-marins, mais c’est assez rare : ils n’opèrent pas en groupe, au contraire des meutes d’U-Boote pendant la Seconde Guerre mondiale.

 (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)



L'arrière du Normand en câle sèche à Brest en 1975, nettoyage et peintures. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)



1975, Le Normand à quai par l'arrière, pont milieu, l'endroit où se trouvait le factionnaire de coupée, d'ailleurs on peut aperçevoir à gauche sur la cloison, le "renard" sur lequel était mentionné la présence ou l'absence des officiers du bord. Au fond le croiseur Colbert dans me semble-t-il, la version lance-missiles. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)



1975, Le Normand quelque part dans le golfe de Gascogne avec de belles moustaches. Merci à Christian pour l'envoi de ces documents. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)



1975. Dans le poste d'équipage. Nous devons être vers Noël car on aperçoit une guirlande. Remarquez le caisson et la banette, seuls "endroits" un peu intime pour chacun. Le petit rideau à gauche permettait de préserver un peu de son espace personnel. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)


1975. Le Normand fait escale à Santa Cruz de Tenerife dans l'archipel espagnol des Canaries du 27 février au 2 mars 1975. Dans la mature le guidon blanc et noir qui indique que le commandant n'est pas à bord. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1975)


1976. Autres latitudes, le Normand fait escale à Rouen et rend visite à sa ville marraine. Il doit y avoir des festivités en projet. Nous sommes en été car les tentes sont à poste au-dessus de la plage arrière. (photo Christian DEBEAUVAIS - 1976)


1957. Cela ne nous rajeunit pas. La célèbre "partie de belotte", mais sans César, Panisse et Monsieur Blanc. Les hamacs sont encore à poste, sans doute un week-end à bord et il fallait bien tuer le temps, la télévision n'était pas encore entrée dans les postes d'équipage. Cette photo comme les deux suivantes viennent de www.alabordache.com, si leur auteur se reconnaît, je serais heureux de rendre à César .....Merci. (photo www.alabordache.com - 1957)


1957. Repas dans le poste d'équipage. Que sont ces jeunes visages devenus, pris dans l'insouciance de leurs 20 ans ? Cela fait plus de 50 ans quand même. (photo www.alabordache.com - 1957)


Noël 1957. Cette fois, la nappe a été mise sur les tables du poste pour le repas de Noël. Il ressort de cette scène une impression de confort pour l'époque, il ne faut pas oublier que la guerre n'était finie que depuis 12 ans et que la France ne s'en relevait qu'à peine. (photo www.alabordache.com - 1957)


Septembre 1957. Le Normand est ravitaillé par le porte-avion français Bois-Belleau. Ce porte-avions est l'ancien US "Belleau wood", un vétéran de la guerre du pacifique. Mis en service dans la marine en 1953 jusque 1960, date à laquelle il est remis à la marine US. Remarquez à gauche de la photo les cheminées du porte-avion coudées et qui dépassaient vers l'extérieur. Encore une fois merci à www.alabordache.com pour son travail de mémoire. (photo www.alabordache.com - 1957)


(retour en haut de page)





François GUERIN était embarqué comme matelot mécanicien sur le Normand en 1979 et 1980. Il nous fait partager ses souvenirs grâce à ces photos de l'époque, merci à lui et bonne lecture à tous.

En 1980, pour sa dernière escale, le Normand a remonté la Tamise jusqu'à Londres, passé sous le London Bridge et est venu se mettre à couple du croiseur britannique BELFAST. Ce bateau est actuellement conservé au même endroit comme musée, il est le dernier témoin de cette très belle série qui a connu la 2ème guerre mondiale. Le Belfast c'est bien battu contre les bateaux de ligne allemands comme le Scharnhost, il a également participé, entre autre, à la protection des convois du grand nord qui ravitaillaient l'Union soviétique. (photo François Guérin - 1980)



Une autre vue sur la Tamise. Le croiseur Belfast était équipé de 12 canons de 155 mm en 4 tourelles triples, son tonnage est de 10000 tonnes, sa longueur de 187m sur 19m de large. Il a été lancé aux chantiers "Harland and Wolff" le 17 mars 1938. Il formait avec l'Edinburgh les deux navire de la classe "Edinburgh", l'Edinburgh a été perdu pendant la guerre, le Belfast a été gravement endommagé par une mine le 20/11/1939, et a été alors indisponible pendant 20 mois pour réparations. (photo François Guérin - 1980)



Golfe de Gascogne en 1979, le Normand est parti de Brest pour accueillir le sous-marin nucléaire Le Redoutable que nous voyons au centre de la photo. Les patrouilles des SNLE se font en plongée sauf bien-sûr pour les attérrages, ils sont alors vulnérables et une des missions des "rapides" était d'assurer leur retour dans de bonnes conditions à l'île Longue. (photo François Guérin - 1979)



Méditérranée, 1979. La qualité de cette photo n'est pas très bonne mais elle nous montre le Clémenceau prennant de la gîte, et comme le dit François, "Et dire qu'à l'èpoque en voyant les autres navires balancès comme ça, à bord on disaient " la vache qu'est-ce qu'ils prennent !" alors que nous etions logès à la même enseigne". Et il faut avoir véçu sur un "rapide" pour savoir ce que c'est de se faire "remuer". (photo François Guérin - 1979)



Brest fin 1979. Le Normand est en carénage dans une des formes de la Penfeld. (photo François Guérin - 1979)




Brest, 1979. Lors du carénage du Normand, on procède au ponçage des hélices, et en même temps de l'immortalisation du moment en photo. Voici François posant devant son travail. J'ai toujours trouvé très belles les formes "florales" des hélices d'un bateau. (photo François Guérin - 1979)



Quelque part en mer en 1979. A la sortie du quart, quelques copains mécaniciens posent sur une des tourelles arrière. (photo François Guérin - 1979)



Escale à Norköping en Norvège en 1979. Quelques copains se préparent à sortir à terre, les tenues sont impéccables. (photo François Guérin - 1979)



Lanvéoc Poulmic en 1981, les bateaux désarmés servent de brise-lames. A droite se trouve l'ex escorteur d'escadre Cassard, puis le Savoyard et enfin le Normand. le Savoyard servait pour le suivi des missiles à la fin de sa carrière et une partie de son armement avait été remplacé par des appareillages élèctronique. (photo François Guérin - 1981)



Lanvéoc Poulmic en 1981. On distingue mieux la plage arrière du Savoyard avec ses appareillage de suivi de missiles à la place de la tourelle de 57mm arrière. Cette photo nous permet aussi d'un peu détailler les baleinières à moteur, engins un peu poussifs mais néanmoins indispensables à la vie du bord, les charmes de la croisière ! 

Ici se terminent les souvenirs de François Guérin, encore un grand merci à lui pour sa contribution à notre mémoire à tous. (photo François Guérin - 1981)

(retour en haut de page)



Quelques photos du Normand que nous devons à Michel MICAUX, par ailleurs grand pourvoyeur de souvenirs du Béarnais. Encore merci Michel. J'y ajoute une photo dont je ne connais pas l'auteur.


Nous sommes en 1967, cette photo est prise à partir du Béarnais, au cours de manoeuvres avec le Normand, sans doute ce dernier se présente-il pour un exercice de transfert. (Photo Michel Micaux - 1967)


Sur la photo précédente, le Normand se présentait sur le tribord du Béarnais, le voici sur le babord avant, toujours en manoeuvres en 1967. (photo Michel MICAUX - 1967)


Cette photo doit sans doute être chronologiquement avant la précédente. Le Normand se présente sur le babord du Béarnais. Manoeuvres en Méditerranée en 1967. (Photo Michel MICAUX - 1967)


Le Normand fait escale à Rouen. La garde d'honneur est prête, les fuscos sont à leur affaire. Cette photo est prise sur le roof cheminée, derrière le groupe on aperçoit un des deux canons de 20mm de défence rapprochée. Ce document doit dater du milieu des années 1960, sans plus de précision. Je l'ai trouvée sur www.alabordache.com

(retour en haut de page)


"Retour à la page souvenirs"